La tradition humaniste et ses critiques

Dérivé du mot allemand « Humanismus » (lui-même issu du latin), le mot français « humanisme » apparaît pour la première fois vers 1765 dans le journal Éphémérides du Citoyen et signifie tout d’abord « amour de l'humanité ». Vers 1846, sous la plume du philosophe Proudhon, il désigne une « doctrine qui prend pour fin la personne humaine ». En 1877, La Revue des Deux mondes témoigne d’un autre usage du mot, cette fois au sens de « mouvement intellectuel européen des XVe et XVIe siècles qui préconisait un retour aux sources antiques par opposition à la scolastique [la tradition universitaire médiévale, méprisée pour son dogmatisme] ». Tentons ici de renouer les fils de ces diverses significations...

Hommevitruvede tail

Léonard de Vinci, L'homme de Vitruve, détail, vers 1490.

Da1 mus e gustave moreau paris

Le titan Prométhée vu par le peintre Gustave Moreau (1826-1898)

 

Hieronymus bosch dans le jardin des de lices

Jérôme Bosch : 

Le Jardin des Délices, vers 1494.

Un héritage grec et biblique

L’importance particulière accordée à la personne humaine semble tout d’abord trouver son origine dans un double héritage culturel : grec et biblique.

Un dialogue du philosophe Platon met en scène le sophiste Protagoras qui explique la nature de l’être humain en invoquant le mythe de Prométhée :

« Il fut un temps où les dieux existaient, et où il n’y avait point encore d’êtres mortels. Lorsque le temps de leur existence marqué par le destin fut arrivé, les dieux les formèrent dans le sein de la terre, les composant de terre, de feu, et des autres éléments qui se mêlent avec le feu et la terre. Quand ils furent sur le point de les faire paraître à la lumière, ils chargèrent les titans Prométhée et Épiméthée du soin de les orner, et de pourvoir chacun d’eux des facultés convenables. Épiméthée conjura son frère de lui laisser faire cette distribution. Quand je l’aurai faite, dit-il, tu examineras si elle est bien. Prométhée y ayant consenti, il se met à faire le partage : il donne aux uns la force sans vitesse, compense la faiblesse des autres par l’agilité ; arme ceux-ci, et à ceux-là qu’il laisse sans défense il réserve quelque autre moyen d’assurer leur vie ; les petits reçoivent des ailes, ou une demeure souterraine ; et ceux qui ont la grandeur en partage, il les met en sûreté par leur grandeur même. Il suit le même plan et la même justice dans le reste de la distribution, pour qu’aucune espèce ne soit détruite. [...].

Comme Épiméthée n’était pas fort habile, il ne s’aperçut pas qu’il avait épuisé toutes les facultés en faveur des êtres privés de raison. L’espèce humaine restait donc dépourvue de tout, et il ne savait quel parti prendre à son égard. Dans cet embarras, Prométhée survint pour jeter un coup d’œil sur la distribution. Il trouva que les autres animaux étaient partagés avec beaucoup de sagesse, mais que l’homme était nu, sans chaussure, sans vêtements, sans défense. Cependant le jour marqué approchait, où l’homme devait sortir de terre et paraître à la lumière. Prométhée, fort incertain sur la manière dont il pourvoirait à la sûreté de l’homme, prit le parti de dérober à Vulcain et à Minerve les arts et le feu : car sans le feu la connaissance des arts serait impossible et inutile ; et il en fit présent à l’homme. […] Il se glisse donc en cachette dans l’atelier où Minerve et Vulcain travaillaient en commun, dérobe l’art de Vulcain, qui s’exerce par le feu, avec les autres arts propres à Minerve, et les donne à l’homme ; voilà comment l’homme a le moyen de subsister. Prométhée, à ce qu’on dit, porta dans la suite la peine de son larcin, dont Épiméthée avait été la cause. L’homme ayant donc quelque part aux avantages divins, fut aussi le seul d’entre les animaux qui, à cause de son affinité avec les dieux, reconnut leur existence, conçut la pensée de leur dresser des autels, et de leur ériger des statues. » (Platon, Protagoras, 320d-322b)

 

Pour ce qui est de la tradition biblique, on trouve notamment dans le texte de la Genèse les éléments suivants :

« Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. »

« Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.» (Genèse, chap. I, v. 27-28).

L’humain est ainsi présenté comme un être intermédiaire, entre le divin et l’animal, et doué à cet égard d’une mission particulière qui le distingue des autres créatures. Il est aussi conçu comme sont le seul animal capable de créer, capable de se détacher de la nature et d’en transformer l’ordre. C’est ce que certains philosophes appellent la « différence anthropologique ».

Marco tullio cicerone

Marcus Tullius Cicero

(106-42 av. J.-C.)

L’importance de l’humanitas chez les Romains

Peu avant l’ère chrétienne, quelques auteurs romains (Cicéron en particulier) emploient le mot humanitas au sens d’une disposition de fraternité, fondée sur un sentiment d’appartenance à une même espèce : le « genre humain » (genus humanum). Cicéron développe toutefois la signification du mot et en fait tout un programme pédagogique et culturel, hérité de la païdeia (éducation des enfants) grecque. Il en découlera la notion d’« humanités » (studia humanitatis) qu’on utilise encore pour désigner l’étude des langues et littérature anciennes. Cette humanitas s’impose comme une caractéristique de l’homme civilisé par rapport à l’homme sauvage ou « barbare ». Moralité, justice, urbanité, courtoisie : le terme recouvre peu à peu tout ces sens, reliant ainsi la culture et la moralité. « Cette élévation de l’âme, qui apparaît dans les périls et les épreuves, est un vice, si elle est sans la justice et si elle est au service non du salut de tous mais d’intérêts privés ; non seulement ce n’est pas là de la vertu, mais c’est plutôt une barbarie qui fait fi de tout sentiment humain [humanitatem]. » (Térence, cité par Cicéron dans Des devoirs, I, IX, 30). L’« humanisme » romain est donc déjà une notion complexe qui réunit à la fois la philantropia (amour du genre humain) et la païdeia (éducation) grecques. 

Pico1

Giovanni Pico della Mirandola

(1463-1494)

Pico della la Mirandola : une conception originale de l’homme

Aux XVe et XVIe siècles se développe en Europe un mouvement intellectuel et artistique que l’on va appeler la « Renaissance » et qui va revendiquer cette culture humaniste. Parmi les humanistes célèbres (Erasme de Rotterdam, Montaigne, Leon Battista Alberti…), Giovanni Pico della Mirandola (1463-1494) manifeste un génie d’une étonnante précocité. Né dans une famille fortunée de la région de Mantoue, il étudie dès l’âge de 15 ans le droit canon à Bologne puis la scolastique à Ferrare ainsi que les langues anciennes  (latin, grec, hébreu, arabe, chaldaïque) à Padoue. À 21 ans, il est à Florence et devient membre de l’Académie néo-platonicienne parrainée par Laurent le Magnifique. Il poursuit ses études des langues et nourrit un projet démesuré : réunir l’ensemble des savoirs scientifiques, théologiques et ésotériques de son temps en un recueil de 900 thèses, destinées à être exposées et discutées au sein d’une assemblée des plus grands savants. Le projet inquiète et déplaît à l’autorité papale qui finira par le condamner. Aujourd’hui, le contenu du recueil n’offre plus qu’un intérêt historique mais le discours « Sur la dignité de l’homme » qui en constitue le préambule demeure un texte capital quant à sa portée philosophique. Pour Pico, l’homme transcende toute hiérarchie cosmologique, il n’est pas une « partie du monde » (ainsi que le pensaient les Anciens) mais le vecteur d’une liberté capable de se façonner elle-même et d’adopter toutes les destinées, toutes les missions. L’humain est dès lors un admirable « caméléon », il est le « sculpteur de soi-même », selon les formules frappantes du jeune humaniste qui laisse ainsi ouverte la question d’une prétendue « nature » humaine. Ce faisant, il anticipe l'humanisme existentialiste d'un Jean-Paul Sartre qui déclare qu'il n’y a pas d’essence (de modèle) qui précède l’existence de l'homme, ce dernier étant libre de choisir son projet de vie.

Vinci homme vitruve

Léornard de Vinci, L'homme de Vitruve (vers 1490)

L’homme de Vitruve, emblème de l’humanisme ?

Réalisé vers 1490 par Léonard de Vinci, le célèbre dessin intitulé L’homme de Vitruve représente une figure humaine inscrite à la fois dans un cercle et un carré. Elle accompagne un commentaire du traité de l’architecte romain Vitruve (90 – 20 av. J.-C.), De architectura, qui exerce une influence majeure sur les architectes et artistes de la Renaissance.  Cette représentation suggère la perfection des proportions du corps humain et leur importance dans la conception des édifices architectoniques.

La culture scolaire a pris l’habitude d’accompagner le dessin de Léonard d’une formule non moins célèbre et problématique : « L’homme est la mesure de toute chose ».

Pourquoi problématique ? Car elle peut aussi bien exprimer le relativisme le plus foncier que l’affirmation d’une valeur universelle. L’interprétation relativiste renvoie à l’auteur même de la fameuse sentence, le sophiste grec Protagoras (déjà mentionné précédemment). Celui-ci aurait déclaré en réalité : « L’homme est la mesure de toutes choses, pour celles qui sont, de leur existence ; pour celles qui ne sont pas, de leur non-existence ». Autrement dit, chaque individu a sa propre manière de concevoir le monde et il n’existe pas de vérité universelle. À partir de la Renaissance, les humanistes infléchissent le sens de la maxime dans un sens tout à fait opposé, voyant en elle l’expression d'une référence absolue – et universelle – conférée à l’homme en général. Nous avons déjà là les prémices de ce qu’on appellera plus tard l’« anthropocentrisme », c’est-à-dire l’attitude philosophique considérant l'homme comme le centre de l'univers. 

Declaration of the rights of man and of the citizen in 1789

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, par Jean-Jacques Le Barbier (1789).

Un système de valeurs toujours d’actualité

Les siècles postérieurs à l’humanisme de la Renaissance vont consacrer une telle conception mais en cherchant à lui donner un sens plus moral. Si, à la différence des autres animaux, l’humain n’est pas doué d’une « nature » proprement définissable, il revient en quelques sorte à la société de l’éduquer et de lui permettre d’accomplir son humanité (par la langue, l’apprentissage, le lien social, etc.). Pour canaliser la liberté fondamentale de l’homme (toujours susceptible de se détourner de son « humanité »), les philosophes des Lumières (Rousseau, Kant...) vont fonder un système moral destiné à remplacer les cosmologies et les théologies traditionnelles. Kant désigne ainsi par l’expression « règne des fins » un second cosmos, une seconde nature plus juste et adaptée à la vie humaine, fondée sur le respect d’autrui. Il anticipe l’espace démocratique, prônant une éthique du désintéressement et de l’action universalisable (« Agis de telle sorte que tu traites l'humanité comme une fin, et jamais simplement comme un moyen »). 

Arton2129

Une école en Afrique coloniale (dr)

Des critiques de l’humanisme à l’humanisme critique

Cependant, aussi louables que soient ces principes et cet idéal d’éducation, ils n’en ont pas moins fait l’objet de multiples critiques.

Historiquement, on a pu reprocher à l’humanisme son arrogance et sa foi aveugle en un progrès technique souvent confondu avec un progrès moral. On lui reproche aussi d’avoir engendré une idéologie ethnocentrique et impérialiste (« il faut aider les peuples « primitifs » à prendre le train du progrès »). Sa logique éducatrice s’est parfois accompagnée d’une logique raciste (ceux qu’on ne pouvait faire entrer dans le « progrès » étant peu à peu considérés comme des « sous-hommes »), rejetant hors de la « civilisation » tout ce qui n’était pas « européen » ou « occidental ».

Certains auteurs (comme Nietzsche ou Marx) ont dénoncé son idéalisme, faisant croire que l’homme serait au-dessus de la Nature ou libre de toute forme de conditionnement. Dans sa Lettre sur l’humanisme, le philosophe allemand Heidegger montre que la conception humaniste de l’homme tend à l’enfermer dans une vision rationaliste et à le détourner de sa mission première, que l’on peut tenter de résumer en ces mots : « préserver la dimension ouverte et créative de l’être ». 

« Si l’on comprend par humanisme en général l’effort visant à rendre l’homme libre pour son humanité et à lui faire découvrir sa dignité, l’humanisme se différencie suivant la conception qu’on a de la « liberté » et de la « nature » de l’homme. De la même manière se distinguent les moyens de le réaliser. L’humanisme de Marx ne nécessite aucun retour à l’Antique, pas plus que celui que Sartre conçoit sous le nom d’existentialisme. Au sens large indiqué précédemment, le christianisme est aussi un humanisme en tant que, dans sa doctrine, tout est ordonné au salut de l’âme (salus ætema), et que l’histoire de l’humanité s’inscrit dans le cadre de l’histoire du salut. Aussi différentes que soient ces variétés de l’humanisme par le but et le fondement, le mode et les moyens de réalisation, ou par la forme de la doctrine, elles tombent pourtant d’accord sur ce point que l’humanitas de l’homo humanus est déterminée à partir d’une interprétation déjà fixe de la nature, de l’histoire, du monde, du fondement du monde, c’est-à-dire de l’étant [ce qui est] dans sa totalité. » (Martin Heidegger, Lettre sur l'humanisme). C'est tout le problème de cette « interprétation fixe » et de son prétendu caractère universel qui est posé.  

Plus récemment, des courant de pensées contemporains dénoncent l’anthropocentrisme inhérent à l’idéal humaniste au nom d’une défense du monde animal (critique du « spécisme ») ou, plus largement, d’une défense radicale de l’environnement (notamment face au phénomène de l’anthropocène).

On assiste aussi à partir de la fin du XXe siècle à l’émergence d’un humanisme critique, soucieux à la fois de préserver les valeurs des droits de l’Homme et d’éviter les excès d’une foi aveugle en une idée abstraite de l’humain. Dans ce contexte, il convient de méditer la belle formule d’Albert Camus, exprimée dans son essai L’homme révolté :

« Pour être homme, il faut refuser d’être Dieu ».

 

 

 


Mots et idées suggérés par les participants aux ateliers

Évian : Espoir ; ni conquérir, ni vaincre ; éthique ; tolérance ; empathie ; liberté ; libre-arbitre ; Homme ; Montaigne ; Rousseau ; Erasme ; ouverture ; raison ; intellect ; sagesse ; partage ; écoute ; respect ; universalité ; bêtise ; qualité propre à l’homme ; roi du monde ; dualiste ; séparé ; Tout ; relation ; monisme ; évolution ; poésie.

Montreux : charisme ; valeurs morales ; éthique ; Homme ; homme évolué ; savoir global ; universel ? ; sens de l’humain ; savoirs ; tolérance ; croyance en l’homme ; bienveillance ; capable de critique ; réflexions ; liberté de pensée ; contextes ; optimiste ; empathie.

Commentaires (2)

lehmann jean
  • 1. lehmann jean | 03/11/2017
Merci Jean- Michel pour cette nouvelle formule interactive

je profite de l'occasion pour exposer succinctement mon point de vue sur "l'humanisme"

"l'humanisme" est pour moi une doctrine qui exagére les qualités humaines: je ne suis pas humaniste

Jean Paul Sartre a tenu en 1945 une conférence, connue sous le titre "l'existentialisme est un humanisme" .Sartre exprime alors son ressenti selon lequel , chez l'homme, "l'existence précéde l'essence "; c'est à dire que l'homme n'est pas déterminé à priori, il est libre d'inventer sa vie. Il n'est pas comme l' animal .
Sartre se rapproche alors de Pic de la Mirandole et du mythe de Protagoras que tu cites plus haut

En ce qui me concerne j'ai le ressenti inverse: je suis favorable à "l'essentialisme ,qui n'est pas un humanisme"
pour moi" l'essence précéde l'existence"; cette essence est l'énergie cosmique .Je suis expression formelle et éphémere de cette énergie, c'est à dire que je suis déterminé à priori . Je suis un animal perfectionné
je fais Un avec le Tout qui est Intelligence et Relation
benoit
  • 2. benoit | 01/11/2017
Merci Jean-Michel pour ces visions de l'humanisme à travers les temps. J'ai noté et J'aime bien "l'élévation de l'âme" car si l'homme se différencie des autres créatures terrestres par son intelligence rationnelle, pour moi l'humanisme concernerait plutôt l'intelligence du coeur. Ce matin, j'ai relevé cette citation de Teilhard de Chardin qui parle d'amour. Et si l'humanisme était aussi une question d'amour ...

« Un jour, quand nous aurons maîtrisé les vents, les vagues, les marées et la pesanteur, nous exploiterons l’énergie de l’amour. Alors, pour la seconde fois dans l’histoire du monde, l’homme aura découvert le feu. »
(Pierre Teilhard)

Bonne fin de journée
Marie-Noëlle

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau