Saudade

Très présent dans les paroles du fado, on peut presque considérer le terme de saudade comme un ambassadeur de l’âme portugaise. Le touriste ou le lecteur pressé sera tenté de le traduire par « nostalgie ». Mais ce serait ignorer les multiples facettes d'une notion considérée comme l'une des plus difficiles à traduire, une notion qui nous plonge dans l'histoire et la sensibilité du peuple portugais. Essayons d'en explorer la signification...

Saudade2

Nocturne lisboète

 

320px almeida ju nior saudade longing google art projectJosé Ferraz de Almeida Júnior
Saudade (1899)

 

Une étymologie composite

Comme la langue à laquelle il appartient, le mot portugais « saudade » est issu du latin. Le mot provient du pluriel latin solitates, « solitudes ». Dans sa version archaïque, saudade s'écrit d'abord « soidade » et semble plus proche de son origine latine. Il est très présent, dès le XIIIe siècle, dans les « chansons d'ami » des troubadours lusophones. Il exprime d'abord la plainte des femmes déplorant l'absence de l'aimé parti à la guerre ou en voyage sur le grand océan (les Portugais, comme on sait, sont un peuple de navigateurs). « Le passage de soidade au mot plus mélodieux saudade est expliqué, hypothétiquement, par une influence populaire du verbe saudar (saluer), des mots salvo (sauf) et saúde (santé) venus du latin salvus/salutate, comme en témoigne l'usage, toujours courant, de faire des salutations en envoyant des saudades. Une lettre, arbitrairement attribuée au poète Camões mais qui date sans doute de son époque (XVIe siècle), explore l'ambiguïté » : 

Por usar costume antigo
saúde mandar quisera
E mandara se tivera
Mas... amor dela é inimigo
Pois me deu em lugar dela
Saudade em que ando,
Saudade cem mil mando...
E não ficando sem ela.
   Par une ancienne habitude
j'aurais voulu envoyer mon salut
Et l'aurais envoyé si je l'avais eu
Mais... l'amour est son ennemi
Car à sa place il m'a donné
Saudade que je subis,
Saudade, cent mille que j'envoie...
Et j'en garde encore avec moi.

 

Un sentiment complexe et paradoxal

L'ambiguïté étymologique du mot a forcément des répercussions sur sa signification et l'on peut dire, tout d'abord, que la saudade vit d'une tension entre passé et présent, entre absence et présence. Un ancien traité de la langue portugaise datant du début du XVIIe s. en donne cette définition concise : « Souvenir d'une chose avec le désir de cette même chose » (Origem da lingua portuguesa, Lisbonne 1606). Mais cette concision risque de nous faire passer à côté de l'essentiel... « Doté d'une ambiguïté structurale, ce sentiment est à la jonction de deux affections qui présente l'absence : le souvenir d'un passé chéri qui n'est plus, le désir de ce bonheur qui manque. Jouissance et angoisse : il en résulte un état mélancolique, déplacé, aspirant à dépasser la finitude de l'instant et l'égarement de la distance » (F. Santoro). En fonction de l'objet désiré et regretté (l'aimé-e, le pays, telle époque, telle idée), la saudade déploie ses mille-et-une nuances existentielles.

Sa plus belle défnition revient peut-être à D. Francisco Manoel de Melo qui, dans ses Epanàforas (Lisbonne 1660), déclare : « C'est un mal que l'on aime, et un bien que l'on souffre ». On peut ainsi « mourir de saudade » en présence de l'être aimé (et retrouvé), « comme si toute la douleur accumulée se libérait cathartiquement dans un instant d'extase, instant de salut » précise F. Santoro. La saudade apparaît ainsi parente du désir et de son imminence infinie. « Épine amère et douce » dit encore la grande chanteuse de fado, Amália Rodrigues.


 

Sebastia o de portugal c 1571 1574 cristo va o de morais

Sébastien Ier du Portugal
par Cristóvão de Morais

 

Le sébastianisme, une saudade collective

Mais si l'on sonde l'imaginaire de l'âme portugaise, il y a plus. Depuis la fin du Moyen Âge, une légende hante l'inconscient collectif des Portugais. Son origine repose sur un fait historique. Le 4 août 1578, à Alcazar-Quivir, les Portugais conduits par leur jeune roi, Sebastien Ier, essuient une terrible défaite face au sultan du Maroc. Le roi Sébastien, agé de 24 ans, y perd la vie. Sa disparition et la captivité d'une part de l'élite gouvernante constitue un désastre pour le pays qui va disparaitre en tant que nation indépendante : en l'absence d'héritier, le royaume du Portugal est en effet, deux ans après le désastre, réuni à la Couronne de Castille, par le roi Philippe II d'Espagne, proclamé Philippe Ier du Portugal. Cette situation perdurera 60 ans, jusqu'en 1640, où l'affaiblissement de la couronne espagnole permit au Portugal de recouvrer son indépendance. Le désarroi des Portugais va engendrer un curieux phénomène. Malgré les inhumations réitérées de Sébastien (à Ksar El Kébir au lendemain de la bataille, à Ceuta, dans l'église des Trinitaires, en décembre 1578, à Belem, dans le couvent des Hiéronymites en novembre 1582), la croyance s'installe que le roi n'a point été tué sur le champ de bataille et qu'il reviendra pour restaurer la grandeur du Portugal. On assiste alors à la naissance d'une forme de messianisme, puissant et durable, qui convertit en mythe central de l'identité nationale le souvenir du roi vaincu et prend le nom de sébastianisme (sebastianismo). Le roi disparu devient peu à peu l'Encoberto (le Voilé, le Roi caché) et va fasciner durablement l'imaginaire national. On se souvient qu'étymologiquement la saudade est liée au terme saúde (santé) qui signifie aussi le salut ou la rédemption, au sens religieux. C'est par ce biais que le sentiment d'attente propre à la saudade rejoint l'aspiration messianique du sébastianisme. Elle exprime alors le rêve d'un avenir meilleur, marqué par l'avènement d'un « empire universel », placé sous la couronne du roi Sébastien. Cette aspiration fera long feu. Ainsi, en 1934, le grand poète Fernando Pessoa publie son premier recueil en portugais, Message (Mensagem). Dans ce recueil, quarante cinq poèmes mystiques composent une sorte d’épopée largement inspirée du messianisme sébastianiste et prophétisent une humanité nouvelle, à la suite de l'avénement d'un « Cinquième Empire de paix universelle ».

 

La saudade au cœur d'une philosophie existentialiste portugaise

Au-delà de la culture populaire, littéraire et nationale, la saudade va acquérir au cours du XXe siècle des lettres de noblesse philosophique. Avec le développement de la pensée existentialiste au Portugal, elle est interprétée comme une dimension de la condition humaine et prend alors une signification universelle. Elle témoigne d'une certaine expérience du temps et de la finitude. En 1955, le philosophe Silvio Lima revient sur la tension originaire de la saudade (entre passé et présent, présence et absence) et tente d'en définir la conscience :

« La conscience en saudade [saudosa] souffre dans le présent de la privation de quelque chose de passé, mais elle souffre parce qu'elle aspire au retour [regresso], à jouir à nouveau [refruição] du « paradis perdu » et qu'elle le préfère donc à la suppression des obstacles qui font saudade [saudozantes]. Sans cette flamme permanente d'aspiration, la saudade-saudade n'aura pas lieu [não se darà] ; il faut que dans la dimension du présent soit opéré le complexus simultané de trois dimensions : le présent respire le passé et, dans la futurition, l'aspire » 
« Reflexões sobre a consciência saudosa », Revista Filosofica, n°44, 1955

On peut rester insensible à ce genre d'analyse mais on ne peut manquer d'admirer la puissance d'inspiration contenue dans le seul petit mot de saudade. Comme le dit l'écrivain Teixera de Pascoaes : « L'âme lusitanienne s'est concentrée dans un seul mot, où elle existe et vit, comme dans la petite goutte de rosée l'image du soleil immense ».


 

 

Pour conclure ce petit voyage au pays de la Saudade, nous vous invitons à écouter un superbe fado interprété par Aldina Duarte (cliquer sur l'image ci-dessous ; si elle ne s'affiche pas, suivez ce lien).

 

 

 

Não vou, não vou (Chaves da vida) / Je ne marche pas (Clefs de la vie)

Paroles de Júlio de Sousa – Musique de Moniz Pereira

 

Eu tinha as chaves da vida e não abri

As portas onde morava a felicidade

Eu tinha as chaves da vida e não vivi

A minha vida foi toda uma saudade

 

E tanta ilusão que tinha e foi perdida

Tanta esperança no amor foi destroçada  

Não sei porque me queixo desta vida  

Se não quero outra vida para nada

 

Se foi p'ra isto que nasci 

Se foi p'ra isto que hoje sou            

Se foi só isto que mereci        

Não vou, não vou                      

Podem passar bocas sorrindo          

Olhos em fogo, tudo acabou              

Pode passar o amor mais lindo            

Não vou, não vou

 

Eu tinha as chaves da vida e fui roubada

Mataram dentro de mim toda a poesia  

Deixaram só tristeza e mais nada    

E a fonte dos meus olhos que eu não queria                  


 

Je possédais les clefs de la vie et je n'ai pas ouvert

les portes du bonheur

Je possédais les clefs de la vie et je n'ai pas vécu

Ma vie fut toute une saudade

 

Et j'avais tant d'ilusions qui furent perdues

Tant d'espoir en l'amour qui fut détruit

Je ne sais pourquoi je me plains de cette vie

puisque je n'en veux pas d'autre, pour rien au monde

 

Si c'est pour ça que je suis née

Si c'est pour ça que j'existe aujourd'hui

Si c'est seulement ça que j'ai mérité

Je ne marche pas, je ne marche pas

Des bouches souriantes peuvent passer

Des yeux de braise, tout est fini

L'amour le plus beau peut bien passer

Je ne marche pas, je ne marche pas

 

Je possédais les clefs de la vie et on m'a volée

lls ont tué en moi toute la poésie

Ils m'ont laissé seulement la tristesse et rien d'autre

et la source de mes yeux que, moi, je ne voulais pas

 

Sources : 

Wikipedia, dans plusieurs langues.
Portaldofado.net
Fernando Santoro, article « Saudade » in B. Cassin (ed.), Vocabulaire européen des philosophies, Le Seuil, Paris, 2004.

Sauf mention spéciale, les illustrations sont issues de Wikimedia.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau